Sélectionner une page

Alors que la canicule a frappé l’intégralité du continent européen ces dernières semaines, cette hausse anormale des températures a eu des répercussions à de nombreux niveaux. C’est notamment le cas de l’Arctique, qui en a subi les conséquences en ce qui concerne la fonte des glaces. Retour sur ce phénomène inquiétant, qui engendre une baisse des ressources en eau douce, avec les experts de Life ONG.

Un bilan estival plus qu’alarmant au Groenland

Nul n’est censé ignorer l’impressionnante canicule qui a touché une majeure partie de la population européenne au cours des deux derniers mois. Certes, ce phénomène a engendré de nombreux problèmes climatiques sur le sol européen. Mais cela va bien au-delà des frontières de l’Europe. En effet, le Groenland aurait également atteint des températures anormalement hautes au mois de juillet. D’après plusieurs rapports scientifiques, le mercure a dépassé la barre du zéro degré, ce qui engendre une fonte des glaces toujours plus dramatique. Au total, au mois de juillet, ce sont plus de 190 gigatonnes de glaces qui ont fondu au Groenland, avec un record de 11 milliards de tonnes au cours de la seule journée du 31 juillet.

Des conséquences sur l’approvisionnement en eau douce à l’échelle mondiale

En raison de cette fonte des glaces fulgurante, l’approvisionnement en eau douce dans certaines régions du monde se voit complètement modifié. En effet, la fonte anormale des glaces ne touche pas uniquement le Pôle Nord mais bien tous les glaciers présents dans les massifs montagneux tels que les Alpes ou l’Himalaya. Tous ces glaciers permettent d’approvisionner des millions de personnes en eau douce. Même si le débit de cette eau douce augmente momentanément au cours des fontes des glaces, le niveau d’eau douce se voit nettement diminuer sur le long terme, car la taille glaciers réduit considérablement.

Certains scientifiques recommandent de mettre en place des mesures de gestion de l’eau douce afin de préserver les régions les plus impactées par cette baisse du niveau de l’eau douce des fleuves et rivières. En effet, une réduction du niveau d’eau douce engendrerait de lourdes conséquences pour de nombreuses populations souffrant d’ores et déjà d’un faible approvisionnement en eau douce…

Life intervient principalement dans les pays qui ne pas concernés par cette pénurie liée à la fonte des glaces, comme les zones de l’hémisphère sud pour la plupart, qui elles sont touchées depuis de nombreuses années par le réchauffement climatique, la stérilisation des sols et la raréfaction des eaux souterraines.